By visiting KLM.com you accept the use of cookies. Read more about cookies.

La statue de la Petite Sirène

Pour avoir des jambes, elle donna sa voix à la sorcière de la mer : qui ne connaît pas l’histoire de la Petite Sirène (den lille Havfrue en danois) ? L’écrivain danois Hans Christian Andersen écrivit cette histoire en 1836. En hommage, une statue de la fille de la mer a été installée sur le quai Langelinie à Copenhague.

C’est là qu’elle est toujours assise, sur une pierre de granite dans le vieux quartier du port de Nyhavn. La Petite Sirène est devenue sans le vouloir l’une des plus célèbres attractions de Copenhague, des centaines de gens posant chaque jour pour être pris en photo à ses côtés.

Une sirène, deux modèles

La statue doit son existence au sculpteur danois Carl Jacobsen à la demande de Carl Jacobsen, fils du fondateur des fameuses brasseries Carlsberg. En 1909, Jacobsen a assisté au ballet La Petite Sirène, tiré du conte d’Andersen. Quittant le théâtre profondément ému, dans la nuit, il demande au sculpteur danois Edvard Eriksen de créer une image de la sirène. Au départ, Jacobsen avait pressenti la première ballerine danoise Ellen Price pour servir de modèle à la statue, mais celle-ci refusa de poser nue. Eriksen s’est finalement inspiré de sa femme, Eline, pour sculpter le corps de la Petite Sirène, puis il lui a donné le visage de Price.

L’œuvre d’art de 1,25 mètre a été inaugurée en août 1913, à une époque où la ville de Copenhague plaçait des statues de figures classiques et historiques dans tous les parcs et les rues de la ville. La Petite Sirène est installée sur sa pierre depuis un siècle, mais elle a voyagé : elle a été prêtée au Pavillon danois de l’exposition universelle Shanghai 2010 pendant quelques mois.

Décapitée et copiée

Ce qui nuit un peu à l’histoire de ce symbole emblématique, c’est que la statue qui se trouve dans le port est une copie. L’original est gardé par les héritiers d’Eriksen dans un endroit gardé secret, ce qui est sûrement plus raisonnable car au fil des ans, la Petite Sirène a été endommagée à plusieurs reprises et même décapitée. En 1964, les responsables de ces actes étaient des artistes politiquement engagés du situationnisme, mouvement d’avant-garde. La tête a été restaurée, puis vandalisée une nouvelle fois en 1998. Tout comme dans un vrai roman policier, elle a été remise ensuite de façon anonyme à une chaîne de télévision locale.

Retour en haut de la page
  • www.airfrance.nc
  • www.skyteam.com