KLM uses cookies.

KLM’s websites use cookies and similar technologies. KLM uses functional cookies to ensure that the websites operate properly and analytic cookies to make your user experience optimal. Third parties place marketing and other cookies on the websites to display personalised advertisements for you. These third parties may monitor your internet behaviour through these cookies. By clicking ‘agree’ next to this or by continuing to use this website, you thereby give consent for the placement of these cookies. If you would like to know more about cookies or adjusting your cookie settings, please read KLM’s cookie policy.

Votre navigateur ne semble pas à jour.
Pour utiliser en toute sécurité toutes les fonctionnalités de KLM.com, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur, ou d'en choisir un autre. Si vous poursuivez avec cette version, certaines parties du site internet pourraient ne pas s'afficher correctement, ou ne pas s'afficher du tout. La sécurité de vos informations personnelles est par ailleurs mieux préservée avec un navigateur mis à jour.

 

Akershus : une fière citadelle sur le fjord d'Oslo

Stratégiquement située sur un rocher au-dessus du fjord d'Oslo, la citadelle d'Akershus veillait sur la sécurité du roi Håkon V et de ses sujets norvégiens pendant le Moyen Âge. Akershus est toujours une base militaire, c'est pourquoi vous y verrez des adolescents patrouiller la tête surmontée d'un toupet de plumes. La forteresse est ouverte au public. Ici, les visiteurs étrangers s'intéressent à l'histoire du lieu, tandis que les habitants aiment se promener dans le domaine.

L'hôtel de ville moderne, où est décerné chaque année le Prix Nobel de la paix, semble vouloir voler la vedette à Oslo, mais avec l'Opéra ultramoderne, une nouvelle attraction a rejoint la compétition. La fière forteresse d'Akershus a pourtant dominé le paysage le long du fjord d'Oslo pendant 7 siècles. La construction sur Akershus a débuté en 1299 pour repousser les invasions des bellicistes suédois. Aujourd'hui, son rôle est beaucoup plus paisible, puisque c'est un lieu où les habitants promènent leurs chiens et où les touristes admirent la vue sur le port. Des concerts en plein air y sont aussi souvent organisés.

La forteresse d'Akershus sur le fjord d'Oslo
La forteresse d'Akershus sur le fjord d'Oslo

Oslo

D'un bastion médiéval à un palais de la Renaissance

Les bâtiments et les tours angulaires trapues aux murs crénelés de plusieurs mètres d'épaisseur semblent être du Moyen Âge, mais l'intérieur de la forteresse est moins sévère. Après toutes sortes de tentatives d'invasion et d'innombrables tirs de boulets de canon, une période plus paisible s'est installée. Le roi Christian IV en a profité pour convertir le château en palais de la Renaissance doté de majestueuses salles de bal.


Le complexe, qui s'étend aujourd'hui bien au-delà des murs de la forteresse, abrite encore des casernes militaires et également le siège du ministère de la Défense. Quand il n'y a pas de visites d'État, de cérémonies militaires ou d'autres événements officiels, les visiteurs peuvent accéder aux donjons, aux appartements royaux et à la chapelle du château. Une visite auto-guidée est toujours possible, mais ceux qui veulent en apprendre plus sur les 700 ans d'histoire de la forteresse sont invités à faire appel à un guide.

La verdure entourant Akershus

Pique-nique sur un site d'exécution

Aujourd'hui, c'est un endroit prisé propice à la détente, mais beaucoup de sang a été versé dans et autour de la forteresse au fil des ans. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les résistants norvégiens étaient exécutés par des pelotons nazis sur le site, et après la guerre, ce fut le tour des collaborateurs. On est loin d´y penser : les murs de la citadelle, couverts d'herbe luxuriante, constituent un cadre idéal pour se promener ou pique-niquer tout en admirant la vue panoramique sur le port et la ville. Vous pouvez y visiter 2 musées. L'été, vous pouvez déguster une tasse de café, un sandwich ou une bière fraîche attablé à un café en plein air.

“Au cours de la Seconde Guerre mondiale, les résistants norvégiens étaient exécutés sur ce site, et après la guerre, ce fut le tour des collaborateurs.”