KLM uses cookies.

KLM’s websites use cookies and similar technologies. KLM uses functional cookies to ensure that the websites operate properly and analytic cookies to make your user experience optimal. Third parties place marketing and other cookies on the websites to display personalised advertisements for you. These third parties may monitor your internet behaviour through these cookies. By clicking ‘agree’ next to this or by continuing to use this website, you thereby give consent for the placement of these cookies. If you would like to know more about cookies or adjusting your cookie settings, please read KLM’s cookie policy.

Votre navigateur ne semble pas à jour.
Pour utiliser en toute sécurité toutes les fonctionnalités de KLM.com, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur, ou d'en choisir un autre. Si vous poursuivez avec cette version, certaines parties du site internet pourraient ne pas s'afficher correctement, ou ne pas s'afficher du tout. La sécurité de vos informations personnelles est par ailleurs mieux préservée avec un navigateur mis à jour.

 

Une ode aux astres

À quelques kilomètres du centre de Graz se trouve le château cossu d'Eggenberg et ses luxuriants jardins. Au 17è siècle, il est le lieu de résidence des membres de la dynastie la plus puissante de Styrie. Aujourd'hui, il est considéré comme l'un des plus grands trésors d'architecture baroque autrichienne. Le musée universel Joanneum y organise des expositions qui attirent de nombreux visiteurs.

C'est le prince Hans Ulrich von Eggenberg, qui en 1625 ordonne la construction de l'édifice. Il engage pour ce projet un maître d’œuvre italien dont les plans proposent une représentation symbolique de l'univers. De nos jours, le rez de chaussée est réservé aux expositions et les 24 salles de réception de l'étage sont restées en l’état. La grande salle des planètes est de loin la plus impressionnante. Le peintre Hans Adam Weissenkircher a décoré le plafond de fresques monumentales. Ses représentations exaltent la famille d'Eggenberg, la portant littéralement aux nues avec de nombreuses références à l'astrologie, la numérologie et la mythologie.

Le château est bordé de jardins luxuriants
Le château est bordé de jardins luxuriants

Graz

Une capsule temporelle

Le château d'Eggenberg est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO, ce qui est en partie dû à un heureux hasard. Après le décès du dernier prince d'Eggenberg en 1717 suite à une crise d'appendicite, la fortune familiale est rapidement dilapidée. Seuls les stucs baroques et les fresques des plafonds résistent au processus de délabrement qui s'en suit. Au 19è siècle, le palais n'est plus que partiellement habité et l'accent est mis sur ses jardins.


Un bon siècle durant, l'étage reste inhabité, sous-éclairé et non chauffé. Au 20è siècle, installer l'électricité reste une affaire bien trop coûteuse. En 1953, on découvre que cette malheureuse situation a permis le salut des œuvres d'art. Si le bâtiment avait été chauffé, les fresques auraient depuis bien longtemps disparu, en raison de la différence de température entre le plafond et la fraîcheur glacée du grenier. L'obscurité et le froid, qui ne sont peu être pas les conditions idéales pour recevoir des visiteurs, ont créé les conditions idéales pour la conservation des salles qui depuis, sont fermées au public pendant l'hiver.

La salle des planètes
Le château baroque, à l'ouest de Graz

Des jardins romantiques

Le parc qui borde les murs du château est un tableau vivant peuplé de paons et de faisans. Au 19è siècle, le comte Johann Hieronymus von Herberstein et son épouse Marie-Henriette remplacent l'architecture paysagère baroque et contrainte par un jardin à l'anglaise très en vogue à cette époque. Après être tombé en désuétude au cours du 20è siècle, le parc est peu à peu restauré depuis les années 90. En 2008, la colline des roses, principale attraction du jardin est réouverte au public. Tous les ans, au mois de juin, des milliers de boutons s'y épanouissent au soleil.

Le cri du paon retenti dans les jardins

Crédits photos

  • Le château baroque, à l'ouest de Graz: Harry Schiffer / Graz Tourismus
  • Le cri du paon retenti dans les jardins: Flickr: Denis Mau

En savoir plus sur Graz