KLM uses cookies.

KLM’s websites use cookies and similar technologies. KLM uses functional cookies to ensure that the websites operate properly and analytic cookies to make your user experience optimal. Third parties place marketing and other cookies on the websites to display personalised advertisements for you. These third parties may monitor your internet behaviour through these cookies. By clicking ‘agree’ next to this or by continuing to use this website, you thereby give consent for the placement of these cookies. If you would like to know more about cookies or adjusting your cookie settings, please read KLM’s cookie policy.

Votre navigateur ne semble pas à jour.
Pour utiliser en toute sécurité toutes les fonctionnalités de KLM.com, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur, ou d'en choisir un autre. Si vous poursuivez avec cette version, certaines parties du site internet pourraient ne pas s'afficher correctement, ou ne pas s'afficher du tout. La sécurité de vos informations personnelles est par ailleurs mieux préservée avec un navigateur mis à jour.

 

Les splendides palais de la région madrilène

Le Palacio Real est l'une des attractions les plus populaires de Madrid. Ce palais royal est le plus grand d'Europe, avec ses 870 fenêtres, 240 balcons, 44 escaliers et 2 800 pièces. Il vous faudra au moins une journée entière pour l'explorer. Mais il existe aux alentours de la capitale des édifices qui témoignent encore davantage des petits plaisirs décomplexés de la famille royale espagnole.

Le palais résidentiel du Roi n'est pas ouvert au public, mais les 3 résidences royales suivantes peuvent se visiter. Avec 2 675 fenêtres, 86 escaliers et 4 000 pièces, l'Escurial est bien plus vaste que le Palacio Real, sauf que ce n'est pas un palais mais un château, d'où l'absence de balcons. L'élégant palais féérique d'Aranjuez contraste fortement avec le granit brut de l'Escurial. Enfin, vous pouvez aller voir le palais du dictateur Franco, qui se trouve sur une montagne à El Pardo.

L'immense château-monastère de l'Escurial
L'immense château-monastère de l'Escurial

Madrid

Le château-monastère colossal du roi Philippe II

San Lorenzo de El Escorial est un village enfoncé dans les montagnes de la Sierra de Guadarrama. Il n'aurait jamais existé si Philippe II, roi d'Espagne et Seigneur des Pays-Bas, n'y avait pas construit cet immense château-monastère au 16ème siècle. L'Escurial est une tour de granit carrée (pas moins de 200 m par côté), massive et hideuse. À la fois monastère, basilique, séminaire, bibliothèque, panthéon et palais, il constitue un parfait exemple de mégalomanie et il a rapidement été ajouté à la liste des sites du patrimoine mondial.

Palacio de El Pardo, palais résidentiel du général Franco

Le Versailles de l'Espagne

Un autre palais a été construit par le roi Philippe II : sa résidence d'été. Le contraste ne pourrait pas être plus flagrant : le palais royal d'Aranjuez est aussi charmant que l'Escurial est hideux. Philippe a choisi cet endroit pour une bonne raison : cette vallée fertile sur les rives du Tage est unique sur le plateau autrement sec et aride sur lequel Madrid se situe.

Palais d'été du roi Philippe II à Aranjuez
Palais résidentiel du général Franco

Le palais oublié du général Franco

De tous les palais ouverts au public dans et autour de Madrid, le Palacio de El Pardo du 16ème siècle est le moins visité et le plus controversé. Le dictateur méprisé, le général Francisco Franco, a vécu ici pendant des dizaines d'années. Il est souvent décrit comme un homme aux goûts simples, mais il se sentait très à l'aise au milieu des milliers de kilomètres de soie et de velours, de lustres en cristal, de marbre brillant et de strass. Entouré de 15 000 hectares de terrains de chasse, le palais se dresse au sommet d'une montagne afin de pouvoir repérer les intrus et les fusiller à distance.

Crédits photos

  • Palacio de El Pardo, palais résidentiel du général Franco: Choniron, Wikimedia
  • Palais d'été du roi Philippe II à Aranjuez: Choniron, Wikimedia
  • Palais résidentiel du général Franco: Esetena, Wikimedia