KLM uses cookies.

KLM’s websites use cookies and similar technologies. KLM uses functional cookies to ensure that the websites operate properly and analytic cookies to make your user experience optimal. Third parties place marketing and other cookies on the websites to display personalised advertisements for you. These third parties may monitor your internet behaviour through these cookies. By clicking ‘agree’ next to this or by continuing to use this website, you thereby give consent for the placement of these cookies. If you would like to know more about cookies or adjusting your cookie settings, please read KLM’s cookie policy.

Votre navigateur ne semble pas à jour.
Pour utiliser en toute sécurité toutes les fonctionnalités de KLM.com, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur, ou d'en choisir un autre. Si vous poursuivez avec cette version, certaines parties du site internet pourraient ne pas s'afficher correctement, ou ne pas s'afficher du tout. La sécurité de vos informations personnelles est par ailleurs mieux préservée avec un navigateur mis à jour.

 

Révolution culturelle : La Movida Madrileña

« Si vous vous en souvenez encore, c'est que vous n'y étiez pas. » Cette expression madrilène ne peut faire référence qu'à un seul événement : la révolution culturelle qui a éclaté après la mort du général Francisco Franco. Après quasiment 4 décennies d'une dictature impitoyable, l'Espagne était enfin libre. La capitale espagnole a célébré cette liberté avec des fêtes improvisées dans les rues, qui se sont transformées en mouvement culturel. La ville de Madrid fut changée pour toujours par la « Movida Madrileña » (littéralement « le mouvement madrilène »).

« Je demande pardon à tous mes ennemis » furent les derniers mots prononcés par Franco à sa mort le 20 novembre 1975. « Peuple d'Espagne, Franco est mort », déclara le Premier ministre espagnol, Carlos Arias Navarro, d'un air triste et abattu. Les drapeaux furent mis en berne sur tous les édifices gouvernementaux. Deux jours plus tard, le confident de Franco et son successeur désigné, Juan Carlos, fut couronné roi. Lorsque le roi annonça, contre toute attente, des réformes et le rétablissement de la démocratie, le peuple se réjouit.

Une explosion de liberté, de créativité et d'hédonisme

L'Espagne est passée rapidement d'une dictature sanglante à une démocratie pacifique. Ce sont surtout les jeunes qui ont réalisé ce qui leur avait manqué sous Franco : le mouvement hippie des années 1960 était passé totalement inaperçu en Espagne. Le moment était venu de rattraper le temps perdu, et vite. Madrid a connu une explosion de liberté, de créativité et d'hédonisme. La musique, la mode, le design, l'art, le cinéma et la vie nocturne : tout a changé. Sous l'œil vigilant du maire progressiste Enrique Tierno Galván et mené par le célèbre libertin Pedro Almodóvar, Madrid assouplit ses heures de fermeture, légalisa les drogues et finança de nouvelles initiatives. Madrid était le lieu où tout et n'importe quoi était devenu possible. De grandes quantités d'alcool et de drogues récréatives étaient consommées lors de fêtes délirantes organisées dans des boîtes de nuit improvisées à Malasaña et Chueca. Encore aujourd'hui, la vie nocturne de Madrid est célèbre pour son dynamisme. La fête commence à 18h dans les rues, les bars et les boîtes de nuit restent ouverts jusqu'à l'aube et vous trouverez toujours un after dans la ville pour finir votre soirée. Les fêtards épuisés s'exclament souvent : « ¡Madrid me mata! » (Madrid me tue).

“La ville a assoupli ses heures de fermeture et subventionné de nouvelles initiatives : tout devenait possible à Madrid”

Les bars et les boîtes de nuit restent ouverts jusqu'à l'aube

Le roi de la Movida

Le plus célèbre défenseur de la Movida est le cinéaste Pedro Almodóvar. Ses premiers films Pepi, Luci, Bom y otras chicas del montón (1980) et Laberinto de pasiones (1982), présentent cette période turbulente de façon hilarante, extravagante et immorale ; une image souvent juste. Bien entendu, la Movida n'est pas la seule à avoir façonné la réputation de la ville d'aujourd'hui : au 16ème siècle, le roi Philippe II fit de Madrid la capitale de l'Espagne, une décision qui entraîna l'expansion de Madrid. Mais quatre siècles plus tard, dans les années 1970 et 1980, le mouvement madrilène eut un impact tout aussi important sur la vie des habitants de Madrid.

Crédits photos

  • Les bars et les boîtes de nuit restent ouverts jusqu'à l'aube: Ametxa, Flickr