KLM uses cookies.

KLM’s websites use cookies and similar technologies. KLM uses functional cookies to ensure that the websites operate properly and analytic cookies to make your user experience optimal. Third parties place marketing and other cookies on the websites to display personalised advertisements for you. These third parties may monitor your internet behaviour through these cookies. By clicking ‘agree’ next to this or by continuing to use this website, you thereby give consent for the placement of these cookies. If you would like to know more about cookies or adjusting your cookie settings, please read KLM’s cookie policy.

Votre navigateur ne semble pas à jour.
Pour utiliser en toute sécurité toutes les fonctionnalités de KLM.com, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur, ou d'en choisir un autre. Si vous poursuivez avec cette version, certaines parties du site internet pourraient ne pas s'afficher correctement, ou ne pas s'afficher du tout. La sécurité de vos informations personnelles est par ailleurs mieux préservée avec un navigateur mis à jour.

 

Un écosystème unique

L'arrivée des hommes à Maurice est relativement récente. L'isolement de l'île au cœur de l'océan Indien a donné à son écosystème la chance de vivre une évolution unique. Le dodo, qui en 1598 a accueilli les premiers Hollandais, en est la plus célèbre illustration. Le sort qu'ils infligèrent à ce gros oiseau naïf est connu de tous : moins de sept décennies plus tard, l'espèce était exterminée.

Le fait que l'habitant le plus célèbre de Maurice soit un oiseau aujourd'hui éteint a vraisemblablement conduit à une meilleure prise en compte de ses fragiles richesses naturelles. Depuis le siècle dernier, de nombreuses espèces animales sont abritées dans une réserve. Cette protection profite non seulement aux faucons, aux tortues et aux chauves-souris mais aussi au tourisme local. Pour que vous ne vous mépreniez pas, voici trois exemples qui vont vous prouver que l'Île Maurice est bien plus qu'un paradis tropical.

Une tortue géante
Une tortue géante

Maurice

Un cardinal de Maurice

Une capsule temporelle

Un tour sur Île aux Aigrettes, une petite île corallienne posée au large de Mahébourg, donne au visiteur une bonne idée de l'époque où les premiers explorateurs accostèrent à l'île Maurice. En 1965, elle est classée réserve naturelle et débarrassée dans la mesure du possible de la faune et la flore non endémiques. Elle accueille une colonie ornithologique florissante comptant notamment des cardinaux de Maurice et des pigeons des Mares. Un groupe d'une vingtaine de tortues géantes y vit également, dont la doyenne, Big Daddy, possède l'âge honorable de 90 ans !

Le poumon vert de Maurice

Le parc national de gorges de la Rivière Noire accueille l'essentiel de la faune et de la flore de l'île. Les roussettes noires, dont l'envergure peut aller jusqu'à 80 centimètres, sont les plus gros mammifères endémiques. Les randonneurs pourront aussi observer des cerfs, des sangliers et des macaques, des espèces qui ont toutes été importées. Le parc possède 60 kilomètres de sentiers dotés de nombreux points de vue sur des vallées verdoyantes, des cascades et des lacs de cratères. Si vous manquez d'énergie pour sillonner le parc à pied, rien ne vous empêche de le découvrir en voiture.

Vue sur les chutes d'Alexandra
Nénuphars géants dans le jardin de Pamplemousses

Un patrimoine botanique

Vieux de 282 ans, le jardin botanique Sir Seewoosagur Ramgoolam situé dans le district de Pamplemousses dans l'arrière-pays mauricien fait partie des plus beaux jardins d'acclimatation au monde. Cette renommée n'est pas entièrement due à la qualité de certains visiteurs parmi lesquels on peut citer Nelson Mandela et les membres de la famille royale britannique qui ont tous planté ici quelques boutures. Les palmiers à eux seuls font déjà preuve d'une variété époustouflante. Mais la véritable star du parc est un étang parsemé de nénuphars géants dont le plateau peut atteindre trois mètres de diamètre.