KLM uses cookies.

KLM’s websites use cookies and similar technologies. KLM uses functional cookies to ensure that the websites operate properly and analytic cookies to make your user experience optimal. Third parties place marketing and other cookies on the websites to display personalised advertisements for you. These third parties may monitor your internet behaviour through these cookies. By clicking ‘agree’ next to this or by continuing to use this website, you thereby give consent for the placement of these cookies. If you would like to know more about cookies or adjusting your cookie settings, please read KLM’s cookie policy.

Votre navigateur ne semble pas à jour.
Pour utiliser en toute sécurité toutes les fonctionnalités de KLM.com, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur, ou d'en choisir un autre. Si vous poursuivez avec cette version, certaines parties du site internet pourraient ne pas s'afficher correctement, ou ne pas s'afficher du tout. La sécurité de vos informations personnelles est par ailleurs mieux préservée avec un navigateur mis à jour.

 

Hemingway a foulé ce sol

Ernest Hemingway est instantanément tombé amoureux de Cuba lorsqu'il rejoint l'île par bateau en 1932 pour y pêcher. Le gagnant du prix Pulitzer et du prix Nobel a parcouru le monde, de Chicago à Milan en passant par Paris et Key West, mais il n'existe aucun endroit où il a passé autant de temps qu'ici : il a vécu à Cuba pendant près d'un quart de siècle. Sur la piste de la plus célèbre importation cubaine.

La première équipe cinématographique hollywoodienne autorisée à filmer à Cuba depuis la Révolution de 1959 a été celle du réalisateur Bob Yari. Le sujet de « Papa », film biographique qui sortira dans les cinémas en 2015 : Ernest Hemingway. Les raisons pour lesquelles Bob Yari a insisté pour tourner ici sont évidentes : Cuba est l'endroit où se trouvent l'hôtel où l'écrivain/le journaliste a séjourné, les bars où il buvait ses mojitos et daïquiris, et la maison où il s'est installé et a écrit ses chefs-d'œuvre. Tous ces lieux n'ont guère changé, aucun plateau de cinéma ne peut rivaliser avec ces endroits.

Le monument Hemingway, Cojimar, Cuba
Le monument Hemingway, Cojimar, Cuba

La Havane

Hôtel Ambos Mundos

L'hôtel Ambos Mundos : sa première maison

Les couloirs sombres de l'hôtel Ambos Mundos, inauguré en 1925, respirent l'histoire. C'est ici qu'Ernest Hemingway a vécu pendant sept ans dans les années 30, avant de s'installer dans sa propre maison à Cuba. Il a écrit l'un de ses meilleurs romans dans la chambre 511 : « Pour qui sonne le glas », qui, en 1943, a été adapté au cinéma avec Gary Cooper et Ingrid Bergman. Le bar de l'hôtel, le bassin aux tortues dans le hall, les ascenseurs anciens sont exactement comme ils étaient du temps d'Hemingway, et sa note de bar est encadrée et accrochée au mur. La chambre 511 a été transformée en un musée miniature.

+ En savoir plus

Voir la localisation sur la carte

Hôtel Ambos Mundos, Calle Obispo 153, La Havane, Cuba,

www.hotelambosmundos-cuba.com

Bars préférés d'Hemingway à La Havane

« Mi mojito en La Bodeguita, mi daiquiri en El Floridita » (Mon mojito à La Bodeguita, mon daïquiri à El Floridita) : ce dicton, écrit par Ernest Hemingway, orne toujours le mur de La Bodeguita del Medio. Cet expert en alcool savait exactement où aller pour savourer le meilleur mojito de la ville. Il aimait boire ses mojitos à La Bodeguita, un petit bar qu'ont également fréquenté l'écrivain Gabriel García Márquez et le poète Pablo Neruda. Pour son daïquiri, Ernest Hemingway se rendait à El Floridita. Les deux bars revendiquent l'invention de ces cocktails.

+ En savoir plus

La Bodeguita

Voir la localisation sur la carte

La Bodeguita del Medio, Calle Empredado, La Havane, Cuba. El Floridita, Calle Obispo, La Havane, Cuba.

Le bureau d'Ernest Hemingway

Sur les traces d'Hemingway : Finca Vigía

Martha Gellhorn, la troisième femme d'Hemingway, n'en pouvait plus de vivre dans une chambre d'hôtel. C'est pourquoi elle a recherché une vraie maison : Finca Vigía. Ernest Hemingway y vivra pendant 21 ans. C'est dans cette maison, sur une colline, à 11 km en dehors de La Havane qu'il a écrit deux de ses romans classiques : « Îles à la dérive » et « Le Vieil Homme et la Mer ». Quand Ernest Hemingway a quitté Cuba, Fidel Castro, grand admirateur de l'écrivain, a immédiatement transformé la maison en musée.

+ En savoir plus

Voir la localisation sur la carte

Finca Vigía, San Francisco de Paula, La Havane, Cuba