KLM uses cookies.

KLM’s websites use cookies and similar technologies. KLM uses functional cookies to ensure that the websites operate properly and analytic cookies to make your user experience optimal. Third parties place marketing and other cookies on the websites to display personalised advertisements for you. These third parties may monitor your internet behaviour through these cookies. By clicking ‘agree’ next to this or by continuing to use this website, you thereby give consent for the placement of these cookies. If you would like to know more about cookies or adjusting your cookie settings, please read KLM’s cookie policy.

Votre navigateur ne semble pas à jour.
Pour utiliser en toute sécurité toutes les fonctionnalités de KLM.com, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur, ou d'en choisir un autre. Si vous poursuivez avec cette version, certaines parties du site internet pourraient ne pas s'afficher correctement, ou ne pas s'afficher du tout. La sécurité de vos informations personnelles est par ailleurs mieux préservée avec un navigateur mis à jour.

 

L'Île Feydeau, une île sur la terre ferme

Au cours de ces dernières années, Nantes s'est fait une réputation en matière d'art moderne et de design. Mais ne négligez pas le centre historique de cette ville portuaire : il exerce toujours son attrait sur les visiteurs. Visitez les trésors d'architecture de l'Île Feydeau, un quartier du 18e siècle niché sur une ancienne île située sur l'affluent de la Loire.

L'île Feydeau aurait jadis été le Beverly Hills de Nantes. Vers le milieu du 18ème siècle, à l'époque où la ville portuaire profitait généreusement du commerce avec les colonies françaises, les riches marchands firent construire un quartier très luxueux. Ils choisirent un lieu unique : une petite île située sur un affluent de la Loire. Aujourd'hui encore, les piétons admirent la splendeur de ces demeures aux façades blanches qui s'illuminent sous l'effet des rayons du soleil. Inclinez la tête en arrière pour observer les plus belles sculptures et admirer les balcons à la française ornés de fer forgé.

Avalé par la ville

Certains bâtiments de l'île Feydeau semblent pencher vers l'avant, et ce n'est pas une illusion d'optique. En raison de son sol sablonneux, le quartier a commencé à s'affaisser une centaine d'années après sa construction. Si le quartier de Feydeau porte encore le nom d’ « île », il ne l'est plus depuis bien longtemps. Dans les années 1930, l'affluent de la Loire a été remblayé et l'ancienne banlieue a été incorporée dans la ville.

L'aspect insulaire a été quelque peu préservé grâce aux ceintures vertes qui ont été plantées dans l'ancien lit de la rivière. C’est particulièrement visible au Quai Turenne, où les maisons donnent sur de faux quais et sur une pelouse en contrebas. À la nuit tombée, on dirait presque que de l'eau s’y écoule. En été, la pelouse prend des allures de plage verte où les étudiants viennent lire au soleil. En parallèle du quai se situe la rue Kervégan, une charmante rue pavée. C'est ici qu'est né l'un des Nantais les plus célèbres : Jules Verne.

Un monstre marin au-dessus d'une fenêtre sur l'Île Feydeau
Le musée Jules Verne

Des fortunes nées de la traite des esclaves

La richesse architecturale de l'île Feydeau est très impressionnante, mais l'histoire de cette richesse est moins glorieuse. Les familles qui ont construit ces demeures ont fait fortune dans le commerce des esclaves. Au 18ème siècle, au moins 450 000 esclaves ont transité par le port de Nantes durant leur parcours vers les États-Unis. Le monument situé au Quai de la Fosse, en aval de la Loire, commémore cet horrible épisode. Les visiteurs de cette structure en béton conçue par les architectes Wodiczko et Bonder semblent descendre dans un navire. Les rayons de lumière qui filtrent à travers les petites ouvertures dans le mur nous rappellent les mauvaises conditions de vie à bord des navires négriers, ce qui ne laisse pas indifférent.

Monument commémorant l'abolition de l'esclavage

Crédits photos

  • Monument commémorant l'abolition de l'esclavage: Zhu, Flickr