KLM uses cookies.

KLM’s websites use cookies and similar technologies. KLM uses functional cookies to ensure that the websites operate properly and analytic cookies to make your user experience optimal. Third parties place marketing and other cookies on the websites to display personalised advertisements for you. These third parties may monitor your internet behaviour through these cookies. By clicking ‘agree’ next to this or by continuing to use this website, you thereby give consent for the placement of these cookies. If you would like to know more about cookies or adjusting your cookie settings, please read KLM’s cookie policy.

Votre navigateur ne semble pas à jour.
Pour utiliser en toute sécurité toutes les fonctionnalités de KLM.com, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur, ou d'en choisir un autre. Si vous poursuivez avec cette version, certaines parties du site internet pourraient ne pas s'afficher correctement, ou ne pas s'afficher du tout. La sécurité de vos informations personnelles est par ailleurs mieux préservée avec un navigateur mis à jour.

 

Sur les traces d'Edvard Munch

Le Cri d'Edvard Munch est sans doute le tableau norvégien le plus célèbre. L'image de cet homme, la bouche grande ouverte, les yeux remplis de terreur et les mains sur les oreilles, est connue partout dans le monde. Cette peinture a ouvert la porte à l'expressionnisme, ce style artistique dominé par les émotions (plutôt que par la réalité). Munch a peint quatre versions du Cri.

« Le soleil se couchait. Tout à coup, le ciel est devenu rouge sang. Je me suis arrêté, épuisé, et me suis appuyé à une barrière. Il y avait du sang et des langues de feu au-dessus du fjord bleu-noir et de la ville. Mes amis ont continué, et je suis resté là, tremblant de peur. J'ai senti un cri infini qui passait à travers l'univers. » Munch trouva l'inspiration pour son chef-d'œuvre d’introspection alors qu'il se promenait sur la colline d'Ekeberg au-dessus d'Oslo. Suivez les traces d'Edvard Munch aux alentours du fjord d'Oslo, en visitant les lieux de ses peintures, les musées et les ateliers.

Le « Cri » vendu pour 90 millions d'euros
Le « Cri » vendu pour 90 millions d'euros

Oslo

Le Cri à la Nasjonalgalleriet

Où trouver Le Cri aujourd'hui ?

En 2012, un multimillionnaire américain a acquis pour 90 millions d'euros une version du Cri en pastels sur carton. Il s'agit du record de la peinture la plus chère détenue par un particulier. Les trois autres versions sont encore toutes exposées à Oslo. L'original (huile sur toile) se trouve dans la salle Munch de la Nasjonalgalleriet. La peinture fut volée le jour de l'ouverture des Jeux Olympiques d'hiver de Lillehammer en 1994. Les voleurs laissèrent une note derrière eux : « Merci pour l’absence de surveillance. » La peinture fut récupérée plusieurs mois après.

+ En savoir plus

Voir la localisation sur la carte

Nasjonalgalleriet, Universitetsgata 13, Sentrum, Oslo

Edvard Munch possède son propre musée

Deux autres versions du Cri, une peinture à l'huile et un pastel, sont exposées au musée Munch, à Tøyen. Le musée présente 20 000 autres œuvres d'art de Munch, ce qui correspond à la moitié de ses œuvres. Des voleurs d'art ont également opéré dans ce musée. En 2004, deux hommes masqués et armés s'étaient emparés du Cri et de La Madone en plein jour, au beau milieu du musée. Les peintures refirent surface deux ans plus tard.

+ En savoir plus

Le Cri au musée Munch

Voir la localisation sur la carte

Munchmuseet, Tøyengata 53, Tøyen, Oslo

Ekeberg, le lieu qui a inspiré Le Cri

Le Cri retentit sur Ekeberg

Munch trouva l'inspiration pour Le Cri alors qu'il se promenait sur la colline d'Ekeberg, accessible par les trams 18 et 19. Chaque jour, lui et son ami, Henrik Ibsen, un célèbre dramaturge et poète, se donnaient rendez-vous au café branché du Grand Hotel. Pendant sa jeunesse, il vécut à cinq adresses différentes de Grünerløkka, un quartier historique de l'époque, devenu branché aujourd'hui. C'est également près de l'endroit où il est enterré aux côtés de beaucoup d'autres Norvégiens célèbres : le cimetière Vår Frelsers Gravlund.

+ En savoir plus

Voir la localisation sur la carte

Ekeberg, Oslo

Crédits photos

  • Le Cri à la Nasjonalgalleriet: Edvard Munch: The Scream, 1893, National Museum of Art, Architecture and Design, Oslo, © Munch Museum / Munch-Ellingsen Group / BONO, Oslo 2014
  • Le Cri au musée Munch: Edvard Munch: The Scream, 1893, National Museum of Art, Architecture and Design, Oslo, © Munch Museum / Munch-Ellingsen Group / BONO, Oslo 2014