KLM uses cookies.

KLM’s websites use cookies and similar technologies. KLM uses functional cookies to ensure that the websites operate properly and analytic cookies to make your user experience optimal. Third parties place marketing and other cookies on the websites to display personalised advertisements for you. These third parties may monitor your internet behaviour through these cookies. By clicking ‘agree’ next to this or by continuing to use this website, you thereby give consent for the placement of these cookies. If you would like to know more about cookies or adjusting your cookie settings, please read KLM’s cookie policy.

Votre navigateur ne semble pas à jour.
Pour utiliser en toute sécurité toutes les fonctionnalités de KLM.com, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur, ou d'en choisir un autre. Si vous poursuivez avec cette version, certaines parties du site internet pourraient ne pas s'afficher correctement, ou ne pas s'afficher du tout. La sécurité de vos informations personnelles est par ailleurs mieux préservée avec un navigateur mis à jour.

 

Influences internationales à Milan

« Franza o Spagna purche se magna » est un dicton cynique qui signifie « France ou Espagne, pas d'importance, tant que nous avons à manger ». Du XVIème au XIXème siècle, Milan a été tour à tour entre les mains des Espagnols, des Autrichiens et des Français. De nombreux bâtiments et diverses places rappellent encore ces dominations.

Les Espagnols, qui ont régné sur la ville entre 1535 et 1706, ont construit de nouveaux remparts dès les premières années de leur occupation ; de cette époque ne subsiste que la Porta Romana. Si les fortifications espagnoles ne sont plus visibles, la porte peut encore être visitée. La Porta Romana se situe au carrefour de la Piazza Medaglie d'Oro, à environ 2 kilomètres au sud-est du centre-ville.

Un centre des Lumières

La domination espagnole a pris fin en 1706, date à laquelle les troupes autrichiennes ont conquis Milan. Le XVIIIème siècle a été marqué par une période de renouveau économique et culturel. La ville a bénéficié de l'administration avisée de l'impératrice Marie-Thérèse (1740-1780) et fut l'un des centres des Lumières.



Giuseppe Piermarini était un architecte important de cette période ; il a conçu entre autres l'opéra Teatro alla Scala. Bombardé en 1943, le théâtre a été reconstruit 3 ans plus tard. Après une autre restauration plus récente, il est aujourd'hui à nouveau le joyau de jadis. Avec une superficie de 1 200 mètres carrés, la scène est l'une des plus grandes d'Italie. L'intérieur en bois est orné de velours rouge et décoré d'éléments en stuc dorés. Fondé en 1913, le musée de la Scala, Museo Teatrale, propose une grande collection de sculptures, de partitions originales et des céramiques. La visite de ce musée comblera les passionnés d'histoire de l'opéra italien.

+ En savoir plus

Le Teatro alla Scala

Voir la localisation sur la carte

Teatro alla Scala, Via Filodrammatici, 2, Milan

Les victoires de Napoléon

La vie culturelle florissante de Milan a continué lorsque les Autrichiens ont été contraints de fuir devant les armées napoléoniennes en 1796. Milan devient la capitale de la République Cisalpine en 1797 et Napoléon se fait couronner roi d'Italie dans la cathédrale en 1805. Construit à côté du Parco Sempione, sous le règne de Napoléon, l'Arco della Pace était initialement connu sous le nom d'Arc des Victoires. Plus tard, lorsque Milan est revenue aux mains des Autrichiens, l'empereur François Ier l'a rebaptisé l'Arc de la Paix (d'après le traité de 1815).

L'Arche de la Paix