KLM uses cookies.

KLM’s websites use cookies and similar technologies. KLM uses functional cookies to ensure that the websites operate properly and analytic cookies to make your user experience optimal. Third parties place marketing and other cookies on the websites to display personalised advertisements for you. These third parties may monitor your internet behaviour through these cookies. By clicking ‘agree’ next to this or by continuing to use this website, you thereby give consent for the placement of these cookies. If you would like to know more about cookies or adjusting your cookie settings, please read KLM’s cookie policy.

Votre navigateur ne semble pas à jour.
Pour utiliser en toute sécurité toutes les fonctionnalités de KLM.com, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur, ou d'en choisir un autre. Si vous poursuivez avec cette version, certaines parties du site internet pourraient ne pas s'afficher correctement, ou ne pas s'afficher du tout. La sécurité de vos informations personnelles est par ailleurs mieux préservée avec un navigateur mis à jour.

 

Otrobanda : l'autre rive de Willemstad

Le mot Otrobanda, qui désigne le district situé de l'autre côté du célèbre pont flottant de Willemstad, vient du langage papiamento et signifie « l'autre rive ». De nombreuses personnes empruntent le pont pour prendre en photo les fameuses maisons aux couleurs pastel de l’Handelskade, dans le quartier de Punda. Outre cette vue splendide sur la ville, la rive opposée regorge également de restaurants et d'hôtels de luxe et dispose d'un grand centre commercial.

À l'apogée de la période coloniale, la ville de Willemstad, qui connait une croissance rapide, s'étend grâce à un quartier situé de l'autre côté de la baie de St. Anna. « L'autre côté » devient vite la zone moins prisée de Punda et ceux qui sont considérés comme indésirables dans l'enceinte de la ville s’y installent, dans des maisons modestes bordant de petites ruelles. La situation commence à changer dès 1888. Après l'inauguration du pont Queen Emma, les commerçants aisés s’installent progressivement de l'autre côté de la baie et bâtissent un nouveau quartier, en construisant les maisons spacieuses que vous pouvez observer sur la place Brionplein.

Maisons colorées à Otrobanda
Maisons colorées à Otrobanda

Curaçao

Un village-hôtel 5 étoiles insolite

À la fin du 19ème siècle, le nouveau quartier d'Otrobanda est aussi étendu et aussi élégant que Punda. Mais c’est de courte durée. Les entrepôts coloniaux et les petits palais se délabrent et des criminels s’installent à Otrobanda. L'UNESCO inscrit néanmoins le quartier sur la liste du patrimoine mondial pour éviter que le délabrement ne s'accentue. Ceci éveille l'intérêt de l'entrepreneur et multimillionnaire néerlandais Jacob Gelt Dekker.
Détenteur d’un projet, il achète 100 maisons coloniales et les transforme en magnifique village-hôtel 5 étoiles, doté de piscines, magasins, restaurants et bars ainsi que d'un spa et d'un musée de l'esclavage. Le projet est couronné de succès et Kurá Hulanda, qui signifie en papiamento « cour néerlandaise », est désormais membre de la prestigieuse association Small Luxury Hotels of the World. Un grand nombre d'employés sont issus de l'ancienne zone défavorisée d'Otrobanda, qui a également été en grande partie restaurée depuis la construction de l'hôtel. Punda et Otrobanda constituent aujourd'hui le centre de Willemstad.

“100 maisons coloniales ont été transformées en un étonnant village-hôtel 5 étoiles.”

Complexe hôtelier dans une ancienne maison coloniale

Un fort néerlandais devenu centre commercial

La forteresse Riffort, l'une des 8 places fortes bâties à Curaçao constitue un autre exemple de la transformation étonnante d'Otrobanda. Les 56 canons de cette bâtisse érigée en 1828 sur la pointe orientale de la baie St. Anna devaient protéger le fort. Durant la Seconde Guerre mondiale, la forteresse a été utilisée par l'armée américaine, qui a interdit l'accès au port aux sous-marins allemands à l'aide d'un gigantesque filet en acier. La forteresse a été désaffectée après la guerre, jusqu'à ce qu'un projet de réhabilitation lui redonne vie : les murs de plusieurs mètres d'épaisseur du fort Riffort abritent désormais un centre commercial et des restaurants de luxe ainsi qu'un hôtel 5 étoiles.

Crédits photos

  • Complexe hôtelier dans une ancienne maison coloniale: Charles Hoffman, Flickr