KLM uses cookies.

KLM’s websites use cookies and similar technologies. KLM uses functional cookies to ensure that the websites operate properly and analytic cookies to make your user experience optimal. Third parties place marketing and other cookies on the websites to display personalised advertisements for you. These third parties may monitor your internet behaviour through these cookies. By clicking ‘agree’ next to this or by continuing to use this website, you thereby give consent for the placement of these cookies. If you would like to know more about cookies or adjusting your cookie settings, please read KLM’s cookie policy.

Votre navigateur ne semble pas à jour.
Pour utiliser en toute sécurité toutes les fonctionnalités de KLM.com, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur, ou d'en choisir un autre. Si vous poursuivez avec cette version, certaines parties du site internet pourraient ne pas s'afficher correctement, ou ne pas s'afficher du tout. La sécurité de vos informations personnelles est par ailleurs mieux préservée avec un navigateur mis à jour.

 

Art persan au palais du Golestan

Le palais du Golestan est encore aujourd'hui le chef d’œuvre ultime de l'architecture persane. Ce complexe unique est l'un des plus anciens bâtiments de Téhéran. Quel que soit l'endroit où vous posez les yeux, l'attention portée au détail est exceptionnelle : chaque recoin et arcade est orné de motifs et de peintures extraordinaires. On comprend pourquoi le palais a été désigné patrimoine mondial par l'UNESCO.

L'Iran portait autrefois le nom de royaume de Perse. La dynastie Qadjar, fondée par Agha Mohammad Khan, compte des dirigeants parmi les plus puissants de l'empire. En 1794, Khan établit son pouvoir sur l'immense territoire perse, y compris sur Téhéran, qui n'est alors qu'un village sans importance. Il décide cependant d'en faire la nouvelle capitale de son empire. Sous son règne, Téhéran se transforme en ville cosmopolite. Le Palais du Golestan est l'héritage le plus significatif de cet âge d'or. L'impressionnant complexe renferme une collection de peintures et de sculptures magistrales.

Talar-e Aineh : le hall des miroirs
Talar-e Aineh : le hall des miroirs

Téhéran

Le palais des fleurs

Le bâtiment est également connu sous le nom de palais des fleurs. Les visiteurs comprendront immédiatement pourquoi : l'intérieur des pièces est tapissé de décorations à motifs floraux. Composé de différents bâtiments, de jardins et de bassins ouverts au public, le complexe est aujourd'hui un musée. Avec ses 4 tours capturant le vent et fournissant ainsi une sorte de climatisation naturelle, l'Emarat Badgir est l'un des bâtiments les plus remarquables. Les visiteurs peuvent s'y perdre des heures durant en imaginant ce qu'était la vie à la cour persane.

Des motifs floraux récurrents

Le trône de marbre

Le Takht-e Marmar (trône de marbre) est particulièrement spectaculaire. C'est le Chah Fath Ali, second empereur de la dynastie Qadjar qui ordonna la sculpture de ce fauteuil orné. Les sculpteurs royaux travaillèrent quatre ans à ce chef d’œuvre ayant nécessité 65 blocs de marbre, extraits d'une mine située à des centaines de kilomètres au sud de la ville. Le trône repose sur une plateforme soutenue par des silhouettes humaines et des piliers ornés de créatures mythiques. Deux cent ans plus tard, ces sculptures délicates n'ont rien perdu de leur beauté.

Takht-e Marmar