KLM uses cookies.

KLM’s websites use cookies and similar technologies. KLM uses functional cookies to ensure that the websites operate properly and analytic cookies to make your user experience optimal. Third parties place marketing and other cookies on the websites to display personalised advertisements for you. These third parties may monitor your internet behaviour through these cookies. By clicking ‘agree’ next to this or by continuing to use this website, you thereby give consent for the placement of these cookies. If you would like to know more about cookies or adjusting your cookie settings, please read KLM’s cookie policy.

Votre navigateur ne semble pas à jour.
Pour utiliser en toute sécurité toutes les fonctionnalités de KLM.com, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur, ou d'en choisir un autre. Si vous poursuivez avec cette version, certaines parties du site internet pourraient ne pas s'afficher correctement, ou ne pas s'afficher du tout. La sécurité de vos informations personnelles est par ailleurs mieux préservée avec un navigateur mis à jour.

 

Sérénité à Bangkok

Le Palais Royal de Bangkok, une des nombreuses merveilles que renferme la ville, est un exemple sans précédent de l'architecture thaï. La plus infime partie de ce vaste ensemble d'édifices est décorée. Les détails ornant les dizaines de milliers de tuiles, les sculptures dorées sur bois et les mythiques gardiens géants sont tout simplement fantastiques. Il est clair qu'une visite ne peut suffire à faire le tour des dizaines de bâtiments que compte cet ensemble architectural.

L'ancien centre de Bangkok est toujours animé. Tuk-tuks et autobus urbains parcourent les rues à vive allure tandis que les enfants jouent au cerf-volant sur les pelouses qui jouxtent l'enceinte du palais. Si l'on peut en admirer les toits brillants depuis la rue, la vraie beauté de ce complexe ne peut s'apprécier pleinement qu'à l'intérieur des murs. Il y règne alors une atmosphère calme et sereine, et le bruit des rues alentour est à peine perceptible.

Un endroit divin

Le Palais Royal fut érigé en 1782 par le Roi Rama I, qui succéda sur le trône à Taksin. Ce dernier occupait alors un palais sur la rive ouest du fleuve, mais Rama I, souhaitant asseoir son pouvoir, ordonna la construction d'un nouveau palais, en bois, sur la rive orientale. Pour les Thaïlandais, le roi était considéré comme l'incarnation de leur divinité suprême, Narayana. Et comme les divinités vivent dans le ciel, l’ensemble des charpentiers et des artistes du pays se sont attachés à faire de ce complexe un véritable palais divin.

Aujourd'hui, ce complexe compte de nombreuses pelouses, abrite des musées, un mausolée, une bibliothèque, des chapelles, des auditoriums et les appartements royaux. Partout règne une opulence ornementale inimaginable. La Chakri Maha Prasat (Salle du Trône) est un exemple de magnificence, qui allie architecture thaï et européenne. Rama V, qui régna de 1868 à 1910, souhaitait à l'origine un palais de style européen, rehaussé de dômes. Pour ce faire, il sollicita 2 architectes britanniques. C'est son ministre en chef qui lui conseilla d'intégrer à l'architecture des éléments de conception thaï, d'où ces toits typiques verts et or.

Un gardien mythique protège le palais

Sur une terre sacrée

Pour de nombreux Thaïlandais, il ne s'agit pas de venir visiter le palais en lui-même, mais bien le temple du Bouddha d'Émeraude. Celui-ci est du reste tout aussi impressionnant de l'extérieur que de l'intérieur. Stupas dorés et statues de gardes mythiques encadrent le temple, et il convient encore d'ajouter à ces exemples de l'art bouddhiste une fresque murale qui dépeint l'histoire nationale de la Thaïlande. Des mètres de fresques racontent l'épopée du Ramakien, poème épique thaïlandais qui met essentiellement en scène Hanuman et son armée de singes, ainsi que des rois idéalistes.

Chaque jour, on assiste à une procession de fidèles thaïlandais qui viennent se recueillir, prier et adorer la statue du Bouddha d'Émeraude. Il faut dire que l'histoire de la statue est à l'origine de cette attention toute particulière. Pendant des siècles, elle accompagna les voyages du roi de ville en ville, et était réputée porter chance à qui priait pour elle. Que cette histoire soit ou non fondée, il n'en demeure pas moins que de nombreux Thaïlandais prennent aujourd'hui le temps de rendre visite au Bouddha d'Émeraude. On ne sait jamais...

La fresque murale

Quand le Ramakien prend vie

De nombreux épisodes de ce poème épique sont mis en scène dans différents théâtres de Bangkok. Des acteurs dansent au rythme de la musique traditionnelle thaïlandaise avec des marionnettes qui représentent ces personnages mythiques. Exercice très délicat, cet art exige des années de pratique. Dans certains théâtres, ce sont les acteurs eux-mêmes, costumés, qui endossent les principaux rôles. Vous pouvez par exemple profiter des spectacles qui se donnent au théâtre de marionnettes Joe Louis, au théâtre Siam Niramit ou au Théâtre national.

Spectacle de marionnettes du Ramakien

Crédits photos

  • Spectacle de marionnettes du Ramakien: Duron123, Shutter