KLM uses cookies.

KLM’s websites use cookies and similar technologies. KLM uses functional cookies to ensure that the websites operate properly and analytic cookies to make your user experience optimal. Third parties place marketing and other cookies on the websites to display personalised advertisements for you. These third parties may monitor your internet behaviour through these cookies. By clicking ‘agree’ next to this or by continuing to use this website, you thereby give consent for the placement of these cookies. If you would like to know more about cookies or adjusting your cookie settings, please read KLM’s cookie policy.

Votre navigateur ne semble pas à jour.
Pour utiliser en toute sécurité toutes les fonctionnalités de KLM.com, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur, ou d'en choisir un autre. Si vous poursuivez avec cette version, certaines parties du site internet pourraient ne pas s'afficher correctement, ou ne pas s'afficher du tout. La sécurité de vos informations personnelles est par ailleurs mieux préservée avec un navigateur mis à jour.

 

Promenade dans le quartier branché de Lipscani

Aucun autre quartier de Bucarest n'a connu autant de changements que Lipscani au cours des dernières décennies. Jusque dans les années 1980, cette partie du centre historique de la ville, portant le nom de l'une de ses rues principales, était tombée en ruine. Aujourd'hui, le quartier est devenu le centre animé de la scène artistique roumaine et un lieu de vie nocturne populaire.

Entre les deux guerres mondiales, Bucarest était surnommé le « petit Paris », mais après l'arrivée du régime communiste, l'ensemble du quartier était destiné à la démolition. Heureusement, rien de tel n'est arrivé et aujourd'hui, Lipscani est probablement le quartier le plus intéressant de la ville. Les rues sont devenues des zones piétonnes et regorgent de boutiques à la mode, de cours cachées, d'antiquaires et de galeries d'art.

La renaissance d'un quartier de la ville

Les choses changent et les habitants de Bucarest ne le savent que trop bien. Pendant des siècles, Lipscani a été le noyau commercial animé de la ville. Les noms des rues font encore référence aux différentes guildes qui exerçaient leur activité ici : orfèvres, cordonniers et tanneurs. Cependant, après la Seconde Guerre mondiale, lorsque le régime communiste prit le pouvoir, le « petit Paris » commença à dépérir. Le centre historique de la ville n'était plus un endroit sûr sous la dictature de Ceaușescu, mais malgré tout, Lipscani survécut. Le quartier ne s'en est pas tiré totalement indemne, mais la plupart des bâtiments ont retrouvé leur gloire d'antan. Abritant autrefois chiens errants et enfants vêtus de haillons, le quartier accueille aujourd'hui d'élégantes dames fréquentant des vernissages. Des théâtres « underground » sont apparus dans les bâtiments couverts de graffitis, et les bars et autres restaurants se multiplient rapidement. Le quartier dégage une ambiance très décontractée, sans la prétention que l'on peut parfois retrouver dans les boîtes de nuit des autres quartiers.

L'ancien et le nouveau se côtoient en harmonie
Une charmante soirée à Lipscani

Caru' cu Bere

Le service dans l'industrie hôtelière de Bucarest n'a pas toujours été le meilleur. Par exemple, le restaurant Caru’ cu Bere à Strada Stavropoleos était même connu pour son service épouvantable. Pourtant, les gens continuaient à venir car l'établissement avait énormément à offrir : son magnifique intérieur, ses spectacles de danse et son excellente bière maison. Par chance, tout cela n'a pas changé ; sauf le service, qui s'est nettement amélioré depuis le début du nouveau millénaire. À l'extérieur, une pancarte indique même : « Probablement le meilleur restaurant de Bucarest ».

+ En savoir plus

Le plus beau bar à bière de Bucarest

Voir la localisation sur la carte

Strada Stavropoleos 5

Crédits photos

  • L'ancien et le nouveau se côtoient en harmonie: Radu Bercan, Shutterstock
  • Une charmante soirée à Lipscani: joyfull, Shutterstock
  • Le plus beau bar à bière de Bucarest: George M. Groutas, Flickr