KLM uses cookies.

KLM’s websites use cookies and similar technologies. KLM uses functional cookies to ensure that the websites operate properly and analytic cookies to make your user experience optimal. Third parties place marketing and other cookies on the websites to display personalised advertisements for you. These third parties may monitor your internet behaviour through these cookies. By clicking ‘agree’ next to this or by continuing to use this website, you thereby give consent for the placement of these cookies. If you would like to know more about cookies or adjusting your cookie settings, please read KLM’s cookie policy.

Votre navigateur ne semble pas à jour.
Pour utiliser en toute sécurité toutes les fonctionnalités de KLM.com, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur, ou d'en choisir un autre. Si vous poursuivez avec cette version, certaines parties du site internet pourraient ne pas s'afficher correctement, ou ne pas s'afficher du tout. La sécurité de vos informations personnelles est par ailleurs mieux préservée avec un navigateur mis à jour.

 

La Porte de Brandebourg : emblème absolu de liberté made in Berlin

Aucun lieu n'a joué un rôle aussi important dans l'histoire mouvementée de Berlin que la Porte de Brandebourg. C'est ici que des étapes importantes de l'histoire ont été écrites : le cortège triomphal de Napoléon, les défilés nazis et les discours sinistres d'Hitler, un no man's land pendant la guerre froide, la visite de JFK, le discours de Ronald Reagan et les célébrations spontanées dans les rues de Berlin après la chute du mur. Plongez dans l'histoire mouvementée de Berlin en visitant la seule porte de la ville encore debout.

La Porte de Brandebourg a été édifiée entre 1788 et 1791 pour marquer l'entrée de la ville et s'ériger en symbole de paix. Pendant la guerre froide, la Porte se retrouva subitement au milieu d'un no man's land séparant l'Est et l'Ouest, devenant ainsi le symbole d'une liberté volée. Dans son célèbre discours du 12 juin 1987, le président américain Ronald Reagan déclarait : « Monsieur le secrétaire général Gorbatchev, si vous voulez la paix, si vous voulez la prospérité pour l'Union soviétique et pour l'Europe de l'Est, si vous voulez la libéralisation, venez ici, à cette porte. Monsieur Gorbatchev, ouvrez cette porte. Monsieur Gorbatchev, abattez ce mur ! » Deux ans plus tard, le peuple allemand le prit au mot : en novembre 1989, les premiers Allemands de l'Est traversèrent la Porte de Brandebourg pour jouir de leur liberté retrouvée. Après cet événement, la Porte ne symbolisait plus seulement la paix, mais aussi la liberté.

Symbole de paix et de liberté : la Porte de Brandebourg
Symbole de paix et de liberté : la Porte de Brandebourg

Berlin

Trente années passées dans la zone meurtrière

Bien qu'aujourd'hui la Porte de Brandebourg représente la liberté et la réunification allemande, elle fut autrefois le symbole de la division de Berlin. Dans les années 1950, environ 2,5 millions d'Allemands de l'Est ont fui la RDA. Pour mettre fin aux « pratiques de l'Ouest qui [lui volait] sa population », le chef du parti Walter Ulbricht a décidé d'isoler les Allemands de l'Est. La construction du mur a commencé à hauteur de la Porte de Brandebourg et a continué jusqu'en zone soviétique après la Seconde Guerre mondiale.



Un énorme mur d'enceinte en béton armé fit son apparition du côté ouest de la Porte. Quelques dizaines de mètres plus loin, du côté est, un mur de protection imprenable en fils de fer barbelés fut érigé. Autrefois située au cœur d'une ville animée, la porte de la ville datant du 18ème siècle se retrouva au milieu d'un no man's land envahi par des tours de contrôle, des projecteurs, des alarmes et des officiers de la Volkspolizei lourdement armés.



Tous les autres bâtiments situés dans cette « zone meurtrière » furent brutalement démolis, hormis la Porte de Brandebourg qui était trop imposante, même pour les dirigeants de la RDA. Lors de la chute du mur de Berlin 40 ans après, des milliers d'Allemands, Ouest et Est confondus, se réunirent ici pour fêter cette liberté retrouvée. Aujourd'hui, seule une ligne rouge marque l'ancien emplacement du mur.

“Du jour au lendemain, la porte de la ville se retrouva dans la zone meurtrière, envahie de tours de contrôle et de Volkspolizisten armés”

Pendant des décennies, la Porte de Brandebourg fut le symbole d'un Berlin divisé

Éiréné, le centre du conflit

Le quadrige qui surmonte la Porte de Brandebourg a une histoire tout aussi tourmentée. La sculpture en bronze représente Éiréné, la déesse grecque de la paix, sur un char tiré par quatre chevaux et agrémenté de l'aigle de Prusse. Après l'occupation française de Berlin, Napoléon emporta la sculpture à Paris comme butin de guerre. Après la bataille de Waterloo, les Allemands rapportèrent triomphalement la sculpture à Berlin. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la dure bataille des troupes alliées pour empêcher les Russes d’y dresser leur drapeau laissa Éiréné en ruine. Après un dernier soulèvement et une complète restauration, le glorieux char a retrouvé son éclat vert-bronze d'autrefois.

Éiréné, la déesse grecque de la paix en bronze

Crédits photos

  • Pendant des décennies, la Porte de Brandebourg fut le symbole d'un Berlin divisé: Romtomtom, Flickr