KLM uses cookies.

KLM’s websites use cookies and similar technologies. KLM uses functional cookies to ensure that the websites operate properly and analytic cookies to make your user experience optimal. Third parties place marketing and other cookies on the websites to display personalised advertisements for you. These third parties may monitor your internet behaviour through these cookies. By clicking ‘agree’ next to this or by continuing to use this website, you thereby give consent for the placement of these cookies. If you would like to know more about cookies or adjusting your cookie settings, please read KLM’s cookie policy.

Votre navigateur ne semble pas à jour.
Pour utiliser en toute sécurité toutes les fonctionnalités de KLM.com, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur, ou d'en choisir un autre. Si vous poursuivez avec cette version, certaines parties du site internet pourraient ne pas s'afficher correctement, ou ne pas s'afficher du tout. La sécurité de vos informations personnelles est par ailleurs mieux préservée avec un navigateur mis à jour.

 

The East Side Gallery: Art on the Wall

“Lots of small people in lots of small places doing lots of small things can change the face of the world.” This is written on what remains of the Berlin Wall. And that’s exactly what happened. It was not the rulers of the world but the regular people of Berlin who took down the Wall in 1989. An approximate 1-kilometre-long section of the wall has been preserved, which now – colourfully painted – forms the East Side Gallery. A vibrant and vivid protest.

Berlin and the Wall are inextricably linked. This tangible symbol of the Cold War was demolished with great enthusiasm after the fall of the Wall and later sold piece by piece by the destitute DDR (German Democratic Republic) authorities. Part of the Wall is still intact, such as along the Spree on Mühlenstraße where 1,316 metres of hideously reinforced concrete was converted in 1990 by 116 artists from 21 countries into the world’s longest open-air gallery.

La renaissance du Mur

L'East Side Gallery est la section restante la plus célèbre et la plus longue du mur qui séparait Berlin-Est de Berlin-Ouest. Cette galerie en plein air, qui attire plus d'un million de touristes chaque année, était dans un état épouvantable il y a seulement quelques années. Un grand nombre des œuvres d’art avaient été érodées par les conditions météorologiques et détruites par des tagueurs et des touristes qui avaient gravé des phrases sur le Mur.
Pour le 20ème anniversaire de la « Mauerfall » (la chute du Mur) en 2009, la galerie en plein air a été entièrement restaurée pour un coût de 2 millions d'euros. Les trous ont été comblés, la peinture retirée à la vapeur et les œuvres d'art refaites. Parmi la centaine d'artistes qui avaient participé à la création de la galerie, 8 ont refusé de se plagier et de reproduire leur création, mais, à part ces quelques œuvres, la galerie a retrouvé son intégrité.
En 2013, la galerie a connu un nouveau revers lorsqu'un promoteur immobilier a démoli trois œuvres d'art sur 23 mètres du Mur pour faire de la place pour un hôtel de luxe, en dépit de vives protestations menées par David Hasselhoff, cet acteur et chanteur extrêmement populaire auprès des Allemands, et principalement connu pour les séries « K 2000 » et « Alerte à Malibu ». Depuis sa chute, le Mur continue de susciter l'implication des habitants de Berlin. Les discussions sur la destruction des sections restantes du Mur reviennent régulièrement.

“En dépit des protestations de David Hasselhoff, 23 mètres du Mur ont été démolis pour la construction d'un hôtel de luxe”

Le baiser entre Brejnev et Honecker

L'East Side Gallery est toujours debout et les plus célèbres œuvres d'art n'ont pas disparu. « Mein Gott, hilf mir, diese Liebe zu tödliche überleben » de Dmitri Vrubel est une célèbre œuvre en graffiti qui représente un « baiser fraternel » entre le dirigeant soviétique Leonid Brejnev et le dirigeant de la RDA Erich Honecker. De plus, dans la fresque « Test the Rest » de Birgit Kinder, la Trabant de l'Allemagne de l'Est traverse le Mur vers l'Ouest. Juste à côté de la section démolie se trouvent les têtes colorées de Thierry Noir, un endroit où les touristes aiment prendre des photos, comme c'est également le cas pour la peinture psychédélique de Gamil Gimajew. Un grand nombre des œuvres véhiculent un message politique ou font référence aux horreurs de la guerre froide, comme « Der Mauerspringer » (le sauteur du Mur) de Gabriel Heimler. Les Allemands de l'Est ont eu recours à toutes sortes de stratagèmes pour franchir le mur, le plus souvent sans grand succès. Dans la plupart des cas, leurs tentatives ont abouti à leur mort plutôt qu'à la liberté tant convoitée.

The art wall attracts a million tourists each year

Crédits photos

  • The art wall attracts a million tourists each year: Carol anne, Shutterstock