KLM uses cookies.

KLM’s websites use cookies and similar technologies. KLM uses functional cookies to ensure that the websites operate properly and analytic cookies to make your user experience optimal. Third parties place marketing and other cookies on the websites to display personalised advertisements for you. These third parties may monitor your internet behaviour through these cookies. By clicking ‘agree’ next to this or by continuing to use this website, you thereby give consent for the placement of these cookies. If you would like to know more about cookies or adjusting your cookie settings, please read KLM’s cookie policy.

Votre navigateur ne semble pas à jour.
Pour utiliser en toute sécurité toutes les fonctionnalités de KLM.com, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur, ou d'en choisir un autre. Si vous poursuivez avec cette version, certaines parties du site internet pourraient ne pas s'afficher correctement, ou ne pas s'afficher du tout. La sécurité de vos informations personnelles est par ailleurs mieux préservée avec un navigateur mis à jour.

 

Les forts d'Oman

Deux forts impressionnants encadrent le port de Mascate : le fort Al-Jalali à l'est et le fort Al-Mirani à l'ouest. Perchés sur les rochers, les forts dominent les scintillantes eaux bleues de la mer d'Oman. Ils gardaient autrefois le port de Mascate.

Au début du 15èmne siècle, Mascate n'était guère qu'un petit port, mais au début du 16ème siècle, l'endroit est devenu un haut lieu de négoce. Convoitant ce poste stratégique, les Portugais ont décidé de coloniser Oman pour accroître leur influence sur les principales routes commerciales de la région. Après plusieurs attaques menées par des guerriers ottomans, les Portugais construisirent deux forts : d'abord Al-Mirani en 1550, puis Al-Jalali en 1587.

Le fort Al-Mirani

La légende d'Al-Mirani

La côte rocheuse de Mascate en faisait un endroit dont la conquête était difficile, et les « forts jumeaux » l'ont rendue presque impossible. Une légende décrit pourtant le rôle majeur joué par le fort Al-Mirani dans l'expulsion des Portugais au milieu du 17ème siècle. L'histoire raconte qu'un des commandants portugais est tombé amoureux de la fille d'un marchand, qui leur a interdit de se marier pour des motifs religieux. Quand le commandant a menacé de le ruiner, le marchand a fait semblant d'accepter et a fait semblant de préparer le mariage pendant toute une année. Il avait réussi à convaincre le commandant de la nécessité de remplacer les provisions de céréales et de munitions du fort. Mais en fait, il a vidé le fort de toutes ses réserves. Une fois la poudrière dévalisée, il a donné à son seigneur, le sultan bin Saif, le signal pour pouvoir facilement prendre le fort sans défense. Les Portugais ont quitté Mascate peu après. Le fort Al-Mirani n'est malheureusement pas ouvert aux visiteurs, mais vous pouvez l'admirer de l'extérieur.

La beauté d'Al-Jalali

Le fort d'Al-Jalali est également connu comme le fort Ash Sharqiya. Le nom Al-Jalali semble dériver de 'al Jalal', qui signifie « grande beauté », mais d'autres soutiennent que le fort doit son nom au chef persan Jalal Shah. Il se compose de deux tours reliées entre elles par un mur et accessibles uniquement par l'intermédiaire d'un escalier raide du côté du port. Son isolement fait du fort une prison parfaite, ce qui est exactement l'usage qui lui était dévolu jusqu'aux années 1970. En 1983, le fort a été restauré et transformé en musée privé sur l'histoire d'Oman. Malheureusement, il n'est ouvert qu'aux invités spéciaux comme les familles royales et les chefs d'État.

Le fort Al-Jalali