KLM uses cookies.

KLM’s websites use cookies and similar technologies. KLM uses functional cookies to ensure that the websites operate properly and analytic cookies to make your user experience optimal. Third parties place marketing and other cookies on the websites to display personalised advertisements for you. These third parties may monitor your internet behaviour through these cookies. By clicking ‘agree’ next to this or by continuing to use this website, you thereby give consent for the placement of these cookies. If you would like to know more about cookies or adjusting your cookie settings, please read KLM’s cookie policy.

Votre navigateur ne semble pas à jour.
Pour utiliser en toute sécurité toutes les fonctionnalités de KLM.com, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur, ou d'en choisir un autre. Si vous poursuivez avec cette version, certaines parties du site internet pourraient ne pas s'afficher correctement, ou ne pas s'afficher du tout. La sécurité de vos informations personnelles est par ailleurs mieux préservée avec un navigateur mis à jour.

 

L'imposante cathédrale de Milan

La cathédrale de Milan, ou « Duomo di Milano », se dresse au centre de la Piazza del Duomo. Cette cathédrale, qui compte plus de 3 500 statues de saints, d'animaux et de monstres, et pas moins de 135 flèches dressées vers le ciel, est un véritable chef-d'œuvre de l'art gothique. Il aura fallu quelque 600 ans pour édifier cet immense lieu de culte, et on travaillait encore sur les sections les plus élevées et les portails vers 1950.

C'est l'archevêque Antonio da Saluzzo qui, en 1386, est à l’initiative de la construction de la cathédrale. Les premières années de cette construction sont le fruit d'une véritable coopération européenne, puisque la direction du projet est successivement confiée à des maîtres d'œuvre français, allemand ou italien. Il va de soi qu'une telle gestion s'est assortie de retards, chacun ayant un avis différent sur la construction de la cathédrale. Le travail a réellement commencé vers 1400, mais il a fallu des siècles pour parachever l'œuvre.

Napoléon déclenche une accélération des travaux

Les travaux de construction ont été interrompus pendant de longues périodes, qui ont parfois duré un siècle. Puis Napoléon Bonaparte conquiert Milan, et s’assure alors que la façade soit terminée en 7 ans. C'est la France qui finance les travaux. De la part de Napoléon, cet acte n'est pas totalement dénué d'intérêt puisqu'il envisage alors d'être couronné roi d'Italie dans cette cathédrale. Et si Napoléon n'avait pas réussi, il n'aurait pas été Napoléon. En face de la cathédrale se dresse aujourd'hui une grande statue du « petit caporal » à cheval. Plus tard, on l’a représenté sur l'une des 135 flèches pour le remercier de sa générosité.

La statue de Napoléon Bonaparte

Une forêt de flèches

Montant littéralement à l'assaut du ciel, les flèches sont l'une des caractéristiques les plus remarquables de l'architecture gothique. Aucune cathédrale cependant n'en possède autant que « le Dôme ». Celles-ci sont disposées sur les bords de la cathédrale, mais aussi sur les toits, où elles dessinent une véritable couronne autour de la flèche principale. Cette dernière est surmontée de la Madonnina, ou petite Madone. Cette statue de la Vierge Marie, de 14 mètres de haut, est constituée de cuivre et ornée de 3 900 feuilles d'or.
La plupart des flèches sont décorées de multiples motifs et rehaussées de statues. Pour les admirer, montez sur le toit de la cathédrale. L'ascenseur est alors le moyen le plus simple, mais les escaliers ne manquent pas de charme. La montée vous fait passer entre les flèches et vous réserve en chemin de superbes vues. Vous pourrez apercevoir le plus haut gratte-ciel de Milan, la Stazione Centrale, une gare à l'architecture emphatique, et même les Alpes par temps clair. Une fois là-haut, cerné par toutes ces flèches, vous avez l'impression que vous venez d'entrer dans un petit village.

Les flèches du Duomo