KLM uses cookies.

KLM’s websites use cookies and similar technologies. KLM uses functional cookies to ensure that the websites operate properly and analytic cookies to make your user experience optimal. Third parties place marketing and other cookies on the websites to display personalised advertisements for you. These third parties may monitor your internet behaviour through these cookies. By clicking ‘agree’ next to this or by continuing to use this website, you thereby give consent for the placement of these cookies. If you would like to know more about cookies or adjusting your cookie settings, please read KLM’s cookie policy.

Votre navigateur ne semble pas à jour.
Pour utiliser en toute sécurité toutes les fonctionnalités de KLM.com, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur, ou d'en choisir un autre. Si vous poursuivez avec cette version, certaines parties du site internet pourraient ne pas s'afficher correctement, ou ne pas s'afficher du tout. La sécurité de vos informations personnelles est par ailleurs mieux préservée avec un navigateur mis à jour.

 

Les tours penchées : Asinelli et Garisenda

Depuis le Moyen Âge, de nombreuses tours de pierre imposantes ont façonné la ligne d'horizon de Bologne. Deux de ces impressionnantes structures captent immédiatement le regard : la Tour Asinelli et ses 97 mètres de hauteur et sa petit sœur, Garisenda, qui culmine à seulement 47 mètres. Ces « Due Torri » (deux tours) penchent dangereusement l'une vers l'autre et sont un célèbre point de repère dans Bologne.

Elles représentaient autrefois le prestige social des riches familles : plus la tour était haute, plus sa construction avait été coûteuse. Au Moyen Âge, la ville comptait plus de 100 tours, un spectacle qui valait certainement le détour. Aujourd'hui, seulement 21 de ces tours ont survécu aux conditions météorologiques, aux guerres, aux séismes et aux incendies. Nous vous recommandons de monter au sommet de la Tour Asinelli, bien que ses 498 marches ne s'adressent pas aux plus timorés. Vos efforts seront récompensés par une vue extraordinaire sur les toits rouges de Bologne.

Les « Due Torri » de Bologne
Les « Due Torri » de Bologne

Bologne

Prestige social pour un chevalier

Les tours de Bologne ont été construites au cours des 12ème et 13ème siècles et tirent leur nom du patronyme des familles qui les ont financées. La construction de ces tours a été onéreuse et pouvait durer jusqu'à 10 ans. La différence de 50 mètres de hauteur entre les « Due Torri » pourrait signifier que la famille Garisenda était moins riche que la famille Asinelli. En tout cas, les Garisenda n'ont pas assez investi dans une fondation solide et la tour, qui faisait à l'origine 60 mètres de hauteur, s'est considérablement enfoncée au cours des siècles et penche d'environ 3 mètres vers le sud. Une partie de la tour instable a été démolie en 1360 de peur qu'elle s'effondre. Le Tour Asinelli a été construite entre 1109 et 1119 et a probablement été commandée par le noble chevalier Gherardo Asinelli, qui vivait à côté de la tour. Des artisans vendent désormais quelques objets faits main en bas de la tour, laquelle était à l'origine une forteresse destinée à abriter les soldats de la garde.

L'amour, cette passion qui peut tout conquérir

Selon les habitants, la tour Asinelli n'a en réalité pas été construite par Gherardo Asinelli. Une légende beaucoup plus romantique raconte qu'un jour, un jeune homme aperçut une très jolie jeune fille alors qu'il transportait des sacs de gravier à dos d'âne (« asinelli » signifie « petits ânes » en italien). Immédiatement tombé sous le charme de la jeune femme, il alla demander sa main à son père, un riche seigneur. Le père éclata de rire et déclara : « Je vous donnerai la main de ma fille uniquement si vous construisez la plus haute tour de Bologne ! » Peu de temps après, le jeune homme trouva une multitude de pièces d'or qu'il utilisa pour financer la construction de la plus haute tour de la ville. La tour Asinelli aurait ensuite servie de dot pour son mariage avec la jeune fille, et celle-ci persiste en tant que symbole de longue date de l'amour, cette passion qui peut tout conquérir.

“Un riche seigneur n'accordera la main de sa fille au jeune homme que si celui-ci construit la plus haute tour de Bologne”