KLM uses cookies.

KLM’s websites use cookies and similar technologies. KLM uses functional cookies to ensure that the websites operate properly and analytic cookies to make your user experience optimal. Third parties place marketing and other cookies on the websites to display personalised advertisements for you. These third parties may monitor your internet behaviour through these cookies. By clicking ‘agree’ next to this or by continuing to use this website, you thereby give consent for the placement of these cookies. If you would like to know more about cookies or adjusting your cookie settings, please read KLM’s cookie policy.

Votre navigateur ne semble pas à jour.
Pour utiliser en toute sécurité toutes les fonctionnalités de KLM.com, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur, ou d'en choisir un autre. Si vous poursuivez avec cette version, certaines parties du site internet pourraient ne pas s'afficher correctement, ou ne pas s'afficher du tout. La sécurité de vos informations personnelles est par ailleurs mieux préservée avec un navigateur mis à jour.

 

La cité perdue de Sanxingdui

Situé dans la ville de Guanghann à seulement 40 kilomètres de Chengdu, le musée de Sanxingdui se trouve au calme au milieu des collines. Cependant, il y a plusieurs milliers d'années, ces mêmes collines faisaient partie du mur d'enceinte d'une ville de l'âge du bronze. Le musée de Sanxingdui expose une vaste collection d'objets attribués à cette civilisation perdue. Les masques de fantômes, en particulier, frappent l'imagination.

Il y a environ 3 500 ans, la civilisation Sanxingdui s'est développée sur les bords de la rivière Yazi, dans la province chinoise de Sichuan. Quelques siècles plus tard, il n'en restait plus la moindre trace. Elle semble avoir disparu, sans laisser aucun témoignage écrit ou oral ayant trait à son existence. En 1986, la mise au jour d'une grande quantité d'œuvres d'art a conduit à la redécouverte de cette civilisation oubliée. La nouvelle a fait les gros titres dans le monde entier. Cette découverte architecturale a prouvé que les origines de la civilisation chinoise étaient beaucoup plus complexes qu'on ne le supposait. Il a fallu réécrire les livres d'histoire.

Musée moderne de Sanxingdui
Musée moderne de Sanxingdui

Chengdu

Un mystère fascinant

L'histoire de la redécouverte de Sanxingdui commence il y a relativement peu de temps. La première preuve de l'existence de la ville n'a été déterrée qu'en 1929, quand un agriculteur qui creusait un puits a trouvé un grand nombre d'objets en jade. Bien que sa découverte ait immédiatement éveillé la curiosité des archéologues, les fouilles initiales n'ont presque rien donné. Personne ne s'est plus intéressé au site jusqu'en 1986, lorsque les ouvriers d'une usine de briques locale ont été stupéfaits de tomber sur une fosse sacrificielle remplie de milliers d'objets en céramique, en or, en bronze et en jade : un véritable trésor. Certains historiens de l'art estiment que la valeur artistique de ces objets surpasse même celle de la célèbre armée de terre cuite de Xi'an.



Cependant, la découverte était empreinte de mystère. Il n'existait pas de documents écrits au sujet de cette civilisation, et le style semblait radicalement opposé à celui de toute autre société remontant à la même période. Ses contemporains n'ayant jamais mentionné une culture différente, il est rapidement devenu évident que des événements extraordinaires avaient eu lieu dans ce coin reculé de la province de Sichuan. Jusqu'alors, on avait toujours supposé que le berceau de la civilisation chinoise se trouvait sur les rives du fleuve Jaune. Sanxingdui allait à l'encontre de cette théorie, mais ces masques étranges avec leurs yeux globuleux et leurs trompes et oreilles d'éléphants se devaient soudainement d'être inclus à l'histoire. Cela s'est avéré une tâche difficile. À ce jour, on sait peu de choses sur cette culture.

Une collection mystérieuse

Bien que l'histoire des images exposées dans le musée remonte à plusieurs milliers d'années, le bâtiment lui-même est assez moderne. Les nombreuses salles obscures accentuent l'atmosphère mystérieuse. L'espace d'exposition est réparti sur deux salles. La première est consacrée aux objets en céramique, en or et en jade qui ont été découverts dans la région. La deuxième salle expose la plupart des pièces en bronze. La statue en bronze haute de 2,62 m et l'énorme masque de bronze d'une largeur de 1,34 m sont particulièrement impressionnants.

“Salles d'exposition sombres accentuant l'atmosphère mystérieuse”