KLM uses cookies.

KLM’s websites use cookies and similar technologies. KLM uses functional cookies to ensure that the websites operate properly and analytic cookies to make your user experience optimal. Third parties place marketing and other cookies on the websites to display personalised advertisements for you. These third parties may monitor your internet behaviour through these cookies. By clicking ‘agree’ next to this or by continuing to use this website, you thereby give consent for the placement of these cookies. If you would like to know more about cookies or adjusting your cookie settings, please read KLM’s cookie policy.

Votre navigateur ne semble pas à jour.
Pour utiliser en toute sécurité toutes les fonctionnalités de KLM.com, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur, ou d'en choisir un autre. Si vous poursuivez avec cette version, certaines parties du site internet pourraient ne pas s'afficher correctement, ou ne pas s'afficher du tout. La sécurité de vos informations personnelles est par ailleurs mieux préservée avec un navigateur mis à jour.

 

La forêt tropicale en plein cœur de la ville

Rio de Janeiro est la seule ville au monde à posséder une forêt tropicale à l'intérieur même de l'agglomération. Le Parc national de Tijuca couvre 33 kilomètres carrés et abrite une flore et une faune d'une grande diversité. Iguanes, singes hurleurs, serpents et de nombreuses espèces d'oiseaux se sont installés à deux pas des quartiers peuplés de Rio. Il s'agit d'un véritable paradis naturel au centre d'une métropole.

D’après les calculs des scientifiques, la forêt tropicale côtière existe depuis environ 60 millions d'années. Les premiers habitants de la forêt furent les Indiens Tupi et Tamoio. Lors de l'arrivée des Français et des Portugais au 16ème siècle, la plupart des Indiens furent chassés de cette zone. Les arbres furent coupés pour construire des maisons et faire de la place pour les plantations de canne à sucre et de café. En 1861, la situation changea, et la forêt de Tijuca devint une zone protégée. Un siècle plus tard, elle fut proclamée Parc national.

La forêt tropicale de Tijuca
La forêt tropicale de Tijuca

Rio de Janeiro

L'homme qui veille sur Rio

La plus célèbre attraction du parc est le « Cristo Redentor », l'immense statue du Christ Rédempteur qui domine la ville de Rio. Un train à crémaillère rouge, le « Trem do Corcovado », grimpe à travers la forêt tropicale et vous dépose presque au pied de la statue. Après un trajet de 20 minutes, préparez-vous à monter 220 marches pour atteindre le socle de la statue, mais ne vous inquiétez pas, vous pouvez également emprunter un ascenseur ou un escalier mécanique. Au sommet, vous serez récompensé par une magnifique vue à 360 degrés sur le parc, les plages et la ville.

Le Christ Rédempteur

“Plus de 200 sentiers de randonnée mènent à des cascades luxuriantes et à une jungle verdoyante”

Une multitude de chemins de randonnée

La forêt tropicale est un endroit idéal pour se détendre. Pendant la semaine, les Cariocas (habitants de Rio) viennent ici pour savourer un pique-nique au sein d'un environnement luxuriant. Vous pouvez également y faire de nombreuses promenades : le parc compte plus de 200 sentiers de randonnée, que vous explorerez mieux accompagnés d'un guide. Il est également possible de découvrir le parc grâce à une visite guidée en jeep. Pour s'aventurer seul dans le parc, achetez une carte au kiosque ou au centre d'accueil, ou suivez tout simplement les panneaux.

Une eau cristalline

Les températures peuvent monter en flèche à Tijuca, mais heureusement, le parc dispose de plusieurs chutes d'eau, parfaites pour une baignade rafraîchissante. Les deux cascades les plus impressionnantes sont la Cascata Gabriela, avec sa petite piscine naturelle entourée de grands arbres, et la Cascatinha Taunay, une chute d'eau de 30 mètres de haut, située près de l'entrée du parc. Bien que les ruisseaux et les criques permettent de bien se rafraîchir, il est important d'apporter suffisamment d'eau potable.

Cascatinha Taunay

Crédits photos

  • Cascatinha Taunay: Vihh, Flickr