KLM uses cookies.

KLM’s websites use cookies and similar technologies. KLM uses functional cookies to ensure that the websites operate properly and analytic cookies to make your user experience optimal. Third parties place marketing and other cookies on the websites to display personalised advertisements for you. These third parties may monitor your internet behaviour through these cookies. By clicking ‘agree’ next to this or by continuing to use this website, you thereby give consent for the placement of these cookies. If you would like to know more about cookies or adjusting your cookie settings, please read KLM’s cookie policy.

Votre navigateur ne semble pas à jour.
Pour utiliser en toute sécurité toutes les fonctionnalités de KLM.com, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur, ou d'en choisir un autre. Si vous poursuivez avec cette version, certaines parties du site internet pourraient ne pas s'afficher correctement, ou ne pas s'afficher du tout. La sécurité de vos informations personnelles est par ailleurs mieux préservée avec un navigateur mis à jour.

 

Le passage secret de la Maison d'Anne Frank

Le journal d'Anne Frank est sans conteste le journal le plus célèbre au monde. Dans cet endroit désormais connu sous le nom de Maison d'Anne Frank, cachée dans l'Annexe, Anne écrivait sur ses craintes, ses préoccupations et ses rêves d'avenir. Une visite de cette maison, située au 263 Prinsengracht à Amsterdam, permet de revivre l'histoire et donne un visage à l'Holocauste.

Il est difficile d'imaginer qu'à 13 ans, Anne devait vivre dans ces quelques petites pièces sur Prinsengracht, sans jamais pouvoir sortir. En compagnie de son père Otto, de sa mère Edith, de sa sœur Margo, de la famille Van Pels et de Fritz Pfeffer, Anne est restée cachée durant 2 ans pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle a partagé sa chambre avec Fritz Pfeffer, un homme qui souvent l'agaçait. Pfeffer faisait d'étranges bruits dans son sommeil. De plus, Anne ne pouvait utiliser le petit bureau de la chambre que lorsqu'il faisait la sieste.

Vue aérienne de la Maison d'Anne Frank
Vue aérienne de la Maison d'Anne Frank

Amsterdam

L'Annexe

L'Annexe a été restaurée dans son état original et demeure pratiquement intacte : de la chambre encore décorée de photos de stars de cinéma, de danseurs et d'œuvres d'art à la fenêtre du bureau où Anne tentait de jeter un coup d'œil discret au monde extérieur. La plupart des visiteurs sont frappés par la taille des chambres de l'Annexe : il semble inimaginable que 8 personnes aient pu passer deux années cachées dans ces 75 mètres carrés.

Lorsque Anne regardait par la fenêtre, elle apercevait un grand châtaignier blanc. Dans son journal, elle parle fréquemment de cet arbre et décrit son changement au fil des saisons. Malheureusement, l'arbre n'est plus là, mais ses boutures ont été envoyées aux quatre coins du monde. L'arbre d'Anne continue ainsi de pousser et de s'épanouir. L'horloge de l'église de la Westerkerk est encore visible depuis l'Annexe. Lorsque les carillons de l'église sonnent, le journal devient encore plus concret, car Anne aimait ces sons et fait souvent mention de l'église dans son journal. La version originale du journal est également exposée dans la Maison d'Anne Frank.

“Il est difficile d'imaginer que 8 personnes se soient cachées dans cet espace confiné durant 2 ans”

Le clocher de l'église de Westertoren, Amsterdam
Le journal d'Anne Frank

Le journal

Le journal débute le 12 juin 1942, lorsque Anne le reçoit en cadeau pour son 13ème anniversaire. Ses derniers mots datent du 1er août 1944. Trois jours plus tard, le 4 août, la vie à l'Annexe est brutalement interrompue. Les personnes qui s'y cachaient ont été trahies et tous sont arrêtés et déportés. Seul Otto Frank survit à la guerre. Lorsqu'il récupère le journal d'Anne après la guerre, il décide de le publier. Le journal a été traduit dans plus de 70 langues, ce qui en fait l'ouvrage en langue néerlandaise le plus traduit de l'histoire. À ce jour, plus de 30 millions d'exemplaires ont été vendus.

Crédits photos

  • Le journal d'Anne Frank: Cris Toala Olivares