KLM uses cookies.

KLM’s websites use cookies and similar technologies. KLM uses functional cookies to ensure that the websites operate properly and analytic cookies to make your user experience optimal. Third parties place marketing and other cookies on the websites to display personalised advertisements for you. These third parties may monitor your internet behaviour through these cookies. By clicking ‘agree’ next to this or by continuing to use this website, you thereby give consent for the placement of these cookies. If you would like to know more about cookies or adjusting your cookie settings, please read KLM’s cookie policy.

Votre navigateur ne semble pas à jour.
Pour utiliser en toute sécurité toutes les fonctionnalités de KLM.com, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur, ou d'en choisir un autre. Si vous poursuivez avec cette version, certaines parties du site internet pourraient ne pas s'afficher correctement, ou ne pas s'afficher du tout. La sécurité de vos informations personnelles est par ailleurs mieux préservée avec un navigateur mis à jour.

 

Le monde de Giorgio de Chirico

Le surréalisme et la peinture métaphysique ne sont probablement pas les courants artistiques que vous associez à Rome de premier abord. Cependant, l'un des grands maîtres de ces deux styles a vécu de nombreuses années dans la capitale italienne. Giorgio de Chirico a passé les 30 dernières années de sa vie sur la Piazza di Spagna et son ancien appartement est aujourd'hui un musée.

Pour Giorgio de Chirico (1888-1978), la Piazza di Spagna étant le centre de Rome et Rome le centre du monde, il vivait donc au « centre du centre du monde ». Après avoir passé plusieurs années dans diverses villes européennes et à New York, Giorgio de Chirico a finalement installé ses quartiers dans les derniers étages du sublime Palazetto dei Borgognoni, palais datant du 17ème siècle.

Le mystère du vide

Au début du 20ème siècle, Giorgio de Chirico est fortement marqué par les écrits de Friedrich Nietzsche. Il tente de traduire la sensation et l'aspect mystique des textes du philosophe dans ses tableaux.

En 1910, il quitte Munich pour Florence où il réalise son premier tableau métaphysique : l'Énigme d'un après-midi d'automne. Il s'agit de la première œuvre de la série des places italiennes, qui feront par la suite la réputation du peintre. Ces tableaux se caractérisent par un vide et une désolation empreints de mystère, révélés par les formes carrées et donnant au spectateur l'illusion de pénétrer dans un monde onirique. De par son art, Giorgio De Chirico a également eu une influence majeure sur les surréalistes, en devançant largement ce mouvement. Si les surréalistes ont d'abord admiré le style du peintre, ils lui ont rapidement tourné le dos lorsqu'il s'est intéressé à l'époque baroque et à la Renaissance, au début des années 1920.

+ En savoir plus

L'atelier de Giorgio de Chirico
Giorgio de Chirico aimait les couleurs vives

Peinture métaphysique

Ce mouvement artistique est à l'origine de l'art moderne italien. Il se caractérise par un monde onirique fait de vide et de silence, de grandes ombres, d'instruments surdimensionnés et de couleurs vives et lumineuses. Les objets et les personnages sont représentés de façon réaliste, mais sortis de leur contexte et placés dans de nouvelles situations.

Tubes de peinture

La visite de la Casa Museo di Giorgio de Chirico offre un véritable aperçu de la vie de l'artiste. Le mobilier des années 1950 et l'architecture classique du 17ème  siècle font de cette visite une passionnante découverte. Giorgio de Chirico consacrait le premier étage aux réceptions et à l’accueil des visiteurs. On y trouve des tables de marbre, des rideaux damassés et des cadres dorés qui créent une atmosphère classique et luxueuse. La maison renferme avant tout des œuvres de la période 1940-1950, des autoportraits ainsi qu’un portrait d'Isabella, la femme de Giorgio de Chirico. Le deuxième étage est plus intime : il abrite les pièces privées du peintre, notamment les chambres, ainsi que son atelier, qui a été en grande partie restauré pour retrouver son état d'origine. Les tubes de peinture de Giorgio de Chirico ainsi que sa palette sont dispersés dans la pièce ; cette mise en scène donne au visiteur l'impression que le peintre pourrait y entrer à tout moment pour reprendre le travail. Le troisième étage dispose d'une grande terrasse où Giorgio de Chirico aimait prendre des pauses. Si vous vous y rendez, vous comprendrez pourquoi le peintre appréciait cet endroit : la vue sur Rome est absolument sublime !

+ En savoir plus

La Casa-Museo di Giorgio de Chirico

Voir la localisation sur la carte

Piazza di Spagna 31, Rome

Crédits photos

  • L'atelier de Giorgio de Chirico: Domenico Gambardella, 2013, Roma